Combattre la pyrale du buis à temps

Combattre la pyrale du buis à temps

Catégorie : Administration

Ce papillon de nuit originaire d’Asie est présent en Belgique depuis 2009 et cause, chaque année, de véritables ravages dans une zone de plus en plus large du pays.

Les chenilles de la pyrale du buis dévorent les feuilles du buis. Vous observez des feuilles mortes, des branches dénudées, des squelettes de feuilles et une toile dans votre buis ? Vous avez probablement la visite indésirable des chenilles voraces de la pyrale du buis.

Au printemps, dès que la température dépasse 10°C, les chenilles s’activent et se mettent à dévorer le buis. La pyrale du buis provoque énormément de dégâts car elle se reproduit plusieurs fois par an et la jeune chenille passe l’hiver sans problème. Ces chenilles occasionnent de nombreux dégâts au buis. Après l’envol de la pyrale du buis, le buis n’a pas assez de temps pour se rétablir car la génération suivante de parasites est déjà là. Le buis est gravement affaibli et meurt. Pour éviter d’avoir des buis dénudés, il importe de lutter contre ce fléau lorsque l’insecte en est encore au stade de chenille.

Combattre la pyrale du buis de façon écologique

À partir du mois d’avril, vérifiez régulièrement si votre buis ne présente pas de feuilles mortes, de branches dénudées, de squelettes de feuilles ou une toile. Ces phénomènes indiquent la présence de chenilles de la pyrale du buis. Cependant, des taches noires et des feuilles mortes sur votre buis peuvent également indiquer une infestation par des moisissures comme Cylindrocladium buxicola.

Lorsque vous avez la certitude que les dommages sont causés par la pyrale du buis, il importe d’agir vite car la pyrale du buis se reproduit rapidement. En effet, après un mois, les chenilles deviennent papillons, ce qui donne jusqu’à trois générations de chenilles entre avril et septembre. Elles dévorent la plante et le buis n’a aucune chance de se régénérer.
• Si l’infestation n’est que légère, vous pouvez éliminer une partie des chenilles et des chrysalides à la main.
• Vous pouvez essayer de faire tomber les chenilles de la plante en la frappant avec un bâton, de les capturer dans un film plastique que vous fermerez soigneusement avant de le jeter avec les déchets résiduels.
• Dès que vous remarquez la présence de chenilles sur votre buis, vous devez les traiter avec des produits naturels, ou utiliser des nématodes contre la pyrale du buis ou placer des pièges à pyrales. Ce sont les jeunes larves qui sont les plus faciles à combattre. Dans ce cadre, il est essentiel de bien atteindre toutes les chenilles, même à l’intérieur du buis ! Puisque tous les œufs n’éclosent pas en une seule fois, il est recommandé de renouveler le traitement après 1 à 2 semaines.
• Lorsque la chrysalidation débute fin mai, vous pouvez limiter une nouvelle infestation en coupant les toiles contenant les chenilles. Vous pourrez ainsi déjà éliminer trois quarts des œufs.
• En ce qui concerne les plantes fortement infestées, il est préférable de les couper au ras du sol ou de les déterrer. Vous pouvez placer les plantes écartées dans des sacs ou des conteneurs fermés (pour éviter une propagation de l’infestation) et les amener au recyparc pour être composté. En effet, la température d’un compost professionnel grimpe suffisamment haut pour exterminer les œufs et les chenilles.
Un buis grignoté n’a jamais fière allure mais les buis sont des plantes dotées d’un grand pouvoir de récupération. Sur les parties dénudées de la plante, vous observerez déjà la présence de nouvelles feuilles au bout de quelques semaines.

La pyrale du buis est un parasite qui n’infeste que le buis. En Asie, le Buxus microphylla était la principale plante hôte tandis qu’en Europe, c’est surtout la variété Rotundifolia qui plaît aux chenilles. Le buis commun originaire d’Europe centrale (Buxus sempervirens) est également concerné par les infestations de pyrales du buis. Vous pouvez envisager d’installer des plantes similaires dans votre jardin qui ne sont pas infestées par la pyrale du buis ou par d’autres maladies et parasites auxquels le buis est sensible : Ilex crenata (houx japonais), Lonicera nitida (chèvrefeuille arbustif), if ou Azara microphylla.

Astuce

Les pyrales du buis sont attirées par la lumière artificielle. Lorsque vous rencontrez des pyrales adultes, il est conseillé d’utiliser le moins possible d’éclairage dans le jardin.
Quelques références parmi d’autres
Ecostyle : www.ecostyle.be/jardin

Solabiol : www.solabiol.com/pyrale-du-buis

Edialux : www.edialux.be

Autres méthodes recommandées

• purin d’orties à peine dilué
• les récolter à la main et les noyer dans de l’eau
• les asperger avec du vinaigre
• Homéopathie : PSORINUM.

Mode d’emploi: diluer 3 ou 4 globules de PSORINUM 30 C dans un verre. Verser le verre dans un arrosoir de 3 ou 5 l rempli d’eau. Arrosez les plants à traiter.

Imprimer