RAPPEL – Feux dans les jardins

RAPPEL – Feux dans les jardins

Catégorie : Vivre à Rixensart

Brûler ses déchets verts à moins de cent mètres d’une habitation est formellement interdit.

Pourquoi ne faut-il pas brûler des déchets dans son jardin ?

C’est une activité fortement émettrice de polluants dangereux pour notre santé, des nuisances pour le voisinage, des risques d’incendie. Le brûlage à l’air libre est source d’émission importante de substances polluantes dont des gaz et particules. Tout feu produit du CO2 qui contribue au réchauffement climatique et la combustion des matières organiques produit de la dioxine, une substance cancérigène. Le bois, en brûlant, libère des particules fines qui peuvent provoquer l’apparition de graves problèmes de santé. Abandonner cette pratique, c’est moins de pollution et une meilleure qualité de vie.

Petit rappel de la législation concernant les feux de déchets verts :
Les articles dans le Règlement Général de Police se basent sur les paragraphes 1 et 2 de l’article 7 du décret du 27 juin 1996 relatif aux déchets.
Notre RGP dit : Article II.1
Sont passibles d’une amende administrative en vertu du présent règlement, les comportements suivants:
l’incinération de déchets ménagers en plein air ou dans des installations non conformes aux dispositions du décret du 27 juin 1996 relatifs aux déchets, à l’exception de l’incinération des déchets secs naturels provenant des forêts, des champs et des jardins, telle que réglementée par le Code rural et le Code forestier (2e catégorie).
Le Code Rural (qui date de 1886, toujours valide, bien que naturellement souvent amendé) déclare que l’on peut faire des feux de déchets verts à plus de 100 mètres de toutes habitations.
Les fumées et odeurs liées à des incinérations de déchets verts sont donc considérées comme des nuisances objectives et il convient de ne pas les imposer au voisinage. Sur base d’une plainte, la police s’appuiera donc sur ces dispositions.
L’Agent constatateur de la Commune de Rixensart Lionel Vanhaute
0474/05.36.67

Le saviez-vous ?

Un feu de 50 kg de déchets verts produit autant de particules que le chauffage d’une maison pendant plus de quatre mois…
Des alternatives existent !
Le parc à conteneur accueille vos branches et tontes, de même que le camion qui collecte les déchets verts le samedi à la bonne saison (cfr. le calendrier 2017 des collectes de déchets.). Les deux services sont gratuits pour le particulier.
Adresse du parc : Colline du Glain 33, 1330 Rixensart (Genval) tel 02 654 12 26

Le broyage constitue une alternative intéressante pour éliminer les branches. Cela permet de réduire le volume de déchets et donc facilite son évacuation. Mais le broyat peut aussi être réutilisé de différentes manières sans même devoir l’évacuer de chez vous. Le recyclage le plus simple est l’utilisation du broyat (ou mulch) en paillage dans les parterres. Cette couverture a l’avantage de ralentir la pousse des «mauvaises» herbes et de maintenir l’humidité au sol. De plus, en se décomposant, ces déchets de bois nourrissent le sol. En disposant une épaisseur suffisante, ce paillage peut aussi servir de protection contre le gel au pied de certaines plantes ou arbustes plus fragiles. Attention à éviter le broyat de résineux dont le caractère acidifiant peut être préjudiciable. Par contre, placé directement sur les «mauvaises» herbes, il peut alors avoir un effet désherbant.

L’automne est une période propice à l’élagage des arbres et massifs arborés. Plutôt que de brûler ou évacuer les branches, recycles-les et compostez vous-mêmes dans votre jardin (une prime communale vous aide à l’installer votre système de compostage). Le broyat de branches constitue aussi un apport carboné intéressant pour le compost (investissez dans un broyeur par exemple) et permet d’amender directement le sol du potager. Une couche de minimum un centimètre d’épaisseur est nécessaire et on peut accélérer le processus en ratissant légèrement pour l’enfoncer dans les premiers centimètres de terre.

Ménager un tas de branches dans le jardin constitue un abri naturel pour toute une faune qui vous sera utile contre les nuisibles. Épargnez-vous du boulot et faites plaisir aux hôtes du jardin. Un tas de branchages dans un coin du jardin constituera un abri qui attirera divers animaux et insectes. Parmi les invités, le hérisson appréciera d’autant plus ce tas de branches protectrices si vous glissez en dessous une caisse garnie de paille ou de feuilles mortes. Sous le tas de branches, les herbes et feuilles qui se décomposent produiront chaleur et humidité qui plairont aussi aux orvets, crapauds et à une multitude d’insectes. Parmi lesquels la coccinelle qui aime s’abriter sous les écorces des branches mortes, tout comme le perce-oreille (ou forficule). Autant d’alliés précieux contre les pucerons lors du retour des beaux jours. Certains oiseaux y trouveront aussi un abri idéal. Vous pouvez également utiliser de fines branches pour garnir des hôtels à insectes.

Utile et décoratif

Les branches plus petites se prêtent particulièrement bien à la réalisation de tuteurs ou de clôtures et écrans tressés. Un tel assemblage donnera à ces branches une nouvelle vie à la fois utile et décorative dans le jardin.

Le service environnement et le Plan Communal de Développement de la Nature