Site de la Cure de Rosières – Communication du Collège

Site de la Cure de Rosières – Communication du Collège

Catégorie : Infos du Collège

Le projet lancé par la commune il y a 2 ans à l’initiative du Bourgmestre et de l’Echevinat du Logement avait pour objectifs :

  • De satisfaire aux souhaits de l’évêché de reloger le desservant dans des conditions décentes et prévoir des installations correctes pour la paroisse tels qu’un bureau, une salle de réunion polyvalente et un local d’archive;
  • La construction de logements publics à loyers modérés pour lesquels des subsides étaient disponibles via l’Ancrage communal 2014-2016;
  • La nécessité d’avoir des solutions pour les locaux des mouvements de jeunesse inscrits dans un projet orienté vers le futur et dont l’implantation ne pouvait être modifiée.

Ce projet fut lancé et synchronisé avec les autorités compétentes avec le souci permanent de la recherche d’une solution qui visait le bien être des Rixensartois et plus particulièrement des Rosièrois tout en préservant la qualité du site.

Ces objectifs devaient tenir compte du respect des prescriptions urbanistiques, des règles de sécurité, et en particulier celles imposées par les pompiers, et de la légalité tels que le statut juridique de la zone, la réglementation sur les marchés publics, les droits d’auteur, l’environnement, les économies d’énergie, l’accès aux personnes à mobilité réduite (PMR)…

Une réflexion approfondie et de longue haleine a été menée concernant la réhabilitation du bâtiment tenant compte de tous ces paramètres. Notre opérateur en matière de construction de logements, la société Notre Maison, fut mandaté pour prendre en charge le projet. Dans le cadre d’un marché public, un auteur de projet fut ainsi désigné en juillet 2016. Après avoir analysé toutes les options notamment sur l’implantation des bâtiments et l’opportunité dans ce contexte de démolir et reconstruire ces derniers, en coordination avec le fonctionnaire délégué de la Région wallonne en charge de l’octroi du permis, en concertation avec la fabrique d’église sous le haut patronage de l’évêché et en accord avec le service des pompiers, les conclusions se sont orientées vers le remplacement des édifices existants par de nouvelles constructions répondant à tous les critères de sécurité et légaux mentionnés ci-dessus.

A aucun moment de l’étude de ce dossier, une instruction spécifique de démolir le bâtiment principal de plus de 250 ans d’âge n’a été a priori donnée, le respect du site étant un des leitmotivs du projet. Néanmoins la possibilité de garder la construction compte tenu du programme poursuivi s’est avérée de plus en plus compliquée.

Notre Maison a introduit alors un permis auprès de la Région wallonne pour lequel le Collège a émis un avis qui demande d’intégrer au mieux les éléments historiques du bâtiment ancien telles la récupération des pierres bleues actuelles ou l’utilisation de briques de récupération comme matériau de parement par exemple.

Un projet alternatif, mais malgré tout encore peu abouti, a vu le jour ces dernières semaines à l’initiative d’un groupement d’habitants de Rosières.
Un premier examen de ce dernier révèle de nouvelles pistes intéressantes mais est confronté aux mêmes problèmes de sécurité, d’isolation et de prescrits légaux que ceux rencontrés lors de l’étude du projet de base.

De plus, la refonte du projet dans le sens proposé révèle que l’obtention de subsides acquis pour le projet de base, tant pour la construction que pour les abords, deviendrait plus difficile avec comme conséquence possible de devoir refinancer le projet jusqu’à 700.000 € soit à l’aide d’éventuels nouveaux subsides plus aléatoires, soit avec de nouvelles taxes ou encore par une souscription citoyenne par exemple.

Une réunion a eu lieu avec toutes les parties concernées, le lundi 6 novembre dernier, pour examiner tous ces éléments. Les conclusions ne sont pas encore tirées. Des études complémentaires doivent être menées et une réunion publique citoyenne planifiée dans les semaines qui viennent afin d’expliquer clairement les tenants et aboutissants du dossier et de récolter l’avis objectif et éclairé de la population.